Sami Jallouli : La commission anti-corruption en Tunisie est politisée

Ecrit par on 28 octobre 2020

Le spécialiste des droits fondamentaux et des sciences politiques et directeur exécutif de Stratège Consulting, Sami Jalouli a confirmé aujourd’hui, 28 octobre 2020, lors de son intervention dans le programme Ecomag concernant la récente enquête d’opinions menée par l’agence, qu’elle a été réalisée par téléphone et e-mail par correspondance avec des cabinets d’avocats, des banques, des industriels, des sociétés transcontinentales, certaines organisations gouvernementales ainsi que des décideurs.

« La plupart des sondages d’opinions proviennent généralement de l’intérieur de la Tunisie, et c’est pourquoi nous avons besoin de chiffres de l’extérieur, car les chiffres qui étaient auparavant effectués par les agences locales sont loin de la réalité, et en tant qu’agence externe, nous n’avons pas de différends politiques avec aucune partie« , a-t-il déclaré. Sami Jalouli a ajouté que l’idée était de mener une enquête sur le système économique et découvrir les lacunes qui peuvent être corrigées à travers 5 questions générales. De cette étude, il en ressort que 69% des personnes interrogées pensent que la situation stratégique de la Tunisie n’était pas exploitée ou mal utilisée.

Par ailleurs, l’invité d’Ecomag a poursuivi que 74% des répondants ont déclaré que les ingénieurs tunisiens ne sont pas suffisamment exploités à bon escient. Il a déclaré: «Nous n’exploitons pas suffisamment nos capacités humaines et il y a un processus d’épuisement de celles-ci, mais à tout moment le pays peut recourir à leur expertise», selon sa description. » En outre, 64% des personnes interrogées considèrent la corruption comme endémique, voire très élevée, et de déclarer : « il n’existe pas de pays qui soit totalement démuni de corruption, mais il y a une forme de corruption qui n’affecte pas le cycle économique».

Dans le même propos, l’étude fait ressortir que 59% des personnes interrogées déclarent que la Tunisie ne fait pas d’efforts pour réduire la corruption, comme en témoigne un million et demi d’acteurs opérant dans le marché parallèle. « La Commission anti-corruption est politisée en Tunisie et seulement un Tunisien sur dix considère que la lutte de l’Etat contre la corruption est prometteuse, ce qui est un pourcentage insuffisant« , a déclaré Sami Jalouli.

N.B

https://www.facebook.com/RadioExpressFm/videos/795496657910224/?epa=SEARCH_BOX


Current track

Title

Artist