Mouna Kraïem : la dissolution du parlement n’est pas automatique !

Ecrit par on 13 janvier 2020

 

 

La spécialiste en droit constitutionnel, Mouna Kraïem a assuré, ce lundi 13 janvier 2020, lors de son intervention avec Wassim Ben Larbi à l’émission Expresso sur nos ondes que contrairement aux idées reçues, la dissolution du parlement n’est pas automatique.

 

Mouna Kraïem a précisé que conformément aux dispositions de l’article 89 de la Constitution, le chef de l’Etat désigne la personnalité la plus apte à conduire le gouvernement. « Cela ne peut se faire sans concertations avec les blocs parlementaires d’autant plus que le président de la République n’a pas de soutien parlementaire. Les partis peuvent proposer des noms tout comme le président de la République, mais la désignation lui revient. Le président de la République n’a pas à engager un bras de fer avec les partis, ce n’est pas l’objectif ».

 

D’autre part, elle a affirmé que la dissolution du parlement n’est pas automatique, mais c’est une option qui se pose. « Les concertations peuvent se poursuivre, tout en maintenant le gouvernement actuel en place. D’ailleurs, la notion de gouvernement de gestion d’affaires courantes est une forme d’hérésie, tout comme cette idée de destituer le président de la République en cas d’échec de la formation du gouvernement. La destitution du président de la République est régie par des conditions strictes fixées par la Constitution ».


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



continuer la lecture

Current track

Title

Artist