Moez Hammami: Nous ne devons pas accrocher beaucoup d’espoir sur le vaccin anti-Covid

Ecrit par on 18 janvier 2021

Moez Hammami, fondateur de Quantylix, a confirmé aujourd’hui, 18 janvier 2021, lors de son intervention dans le programme Expresso et concernant la situation épidémiologique en Tunisie ainsi que les attentes de l’évolution de celle-ci, que le nombre de cas découverts a augmenté car plus d’analyses sont effectuées, il est, de ce fait logique de découvrir plus de nouveaux cas. Il a ajouté que le problème qui se pose aujourd’hui est la mise à disposition des chiffres, car il y a une différence entre les analyses qui sont menées sur les volontaires et celles que menées sur les porteurs de symptômes.

L’invité d’Expresso a déclaré que ce que le ministère de la Santé a publié était considéré comme faux en ne le différenciant pas entre les deux catégories, celle des porteurs de symptômes et celle des asymptomatiques, soulignant: « Le 24 juillet, nous étions dans la deuxième vague, et en août certains foyers ont été découverts dans le pays, en septembre, nous avons connu une propagation communautaire du virus, et nous avons atteint le sommet de la première phase en novembre. De novembre à décembre, nous étions dans une phase descendante, mais mi-décembre nous sommes retournés à une phase ascendante, pour atteindre cette troisième vague. »

Moez Hamami a souligné que si  les règles de distanciation sociale ne sont pas respectées, tout pourrait tomber à l’eau, sachant que l’indicateur le plus important est celui de la capacité du système de santé à absorber les cas aggravés de Covid. Car lorsque l’on dit que la capacité d’absorption est de 60%, la situation est très critique, ce qui signifie le début de la situation critique du système de santé.

L’invité d’Expresso a expliqué que les décisions prises récemment sont arrivées avec deux semaines de retard, mais elles sont également arrivées à temps, malgré leur brièveté, puisqu’elles ne le sont que pour quatre jours, en poursuivant: « Les décisions ne durent que jusqu’au 24 janvier, leur durée est courte, nous appelons à ce que les procédures se poursuivront au-delà du 24 janvier. »

Moez Hammami a poursuivi:  » L’objectif aujourd’hui est de ne pas dépasser le plafond de 10 mille décès, parce que les hôpitaux ont commencé à saturer et le vaccin tardera à venir. » Il a souligné que le vaccin Pfizer, par exemple, est administré à travers les soins d’un médecin, ce qui signifie que son protocole est difficile, et la question quant aux capacités de la Tunisie à l’assurer se pose.

N.B


Current track

Title

Artist