Les politiques des gouvernements successifs cherchent à pousser la CPG vers la faillite

Ecrit par on 16 février 2021

Ali Abdallah, secrétaire général adjoint du bureau exécutif de l’UGTT de Gafsa, a déclaré aujourd’hui, 16 février 2021, lors du programme Ecomag, que la politique de l’État s’inscrit dans une démarche faisant que la Compagnie de phosphate Gafsa sombre jusqu’à ce qu’elle soit cédée, ajoutant que depuis des années, ils alertent sur la position de l’entreprise et sur la gravité de la situation.

L’invité d’Ecomag a souligné que la situation actuelle de la CPG n’était pas seulement due aux sit-in et aux revendications d’emploi de la part des jeunes de la région, mais également à la politique du gouvernement envers l’entreprise, qui était le principal déterminant de cette situation dangereuse. Et d’expliquer que les gouvernements successifs n’avaient pas pris la décision de lever ce siège sur l’entreprise, ni n’avaient levé le voile sur les dettes de la société envers l’État et les entreprises publiques.

Ali Abdallah a également condamné la saisie des équipements de la CPG dans les ports, en raison du manque d’argent pour régler le du. Il a indiqué que les politiques de l’État veulent que l’entreprise périsse, œuvrant ainsi à sa faillite. Et de poursuivre que la situation dans laquelle évolue l’entreprise remonte à des années et n’est donc pas récente.

L’invité d’Ecomag a également ajouté que l’entreprise ne sera pas laissée pour compte, ajoutant que le gouvernement doit trouver des solutions pratiques assurant sa pérennité et garantissant la continuité de ses activités et sa bonne gouvernance. Il a expliqué que la réunion du secrétaire général du syndicat avec la présidence du gouvernement, tenue hier, est survenue après la pression exercée par les employés de la CPG. Le gouvernement ayant promis de convoquer un conseil ministériel qui traiterait les vrais problèmes avec une volonté sincère afin de sauver l’entreprise.

Il a également souligné que la privatisation de la CPG ne sera pas tolérée, ni même en partie. Ali Abdallah a appelé à engager un dialogue sérieux et responsable avec les jeunes travailleurs de l’entreprise. Il a ajouté que l’essence du problème est que le gouvernement refuse de répondre aux décisions ministérielles qui ont été convenues depuis 2015, dont la plus importante est de fournir 7000 emplois.


Current track

Title

Artist