Le dollar monte face à la monnaie unique avant l’audition de Janet Yellen au Sénat

Ecrit par on 18 janvier 2021

Sur la place de Tunis, la monnaie unique est traitée à 3.3150 tandis que le billet vert s’échange à 2.7350 respectivement contre le dinar tunisien. La paire phare se négocie quant à elle sur le Forex à 1.2065 avec un plus haut intraday à 1.2089.

Les marchés américains sont fermés ce lundi pour la célébration du Martin Luther King Day et l’agenda européen du jour n’inclut pas d’indicateur économique majeur en mesure de dynamiser la séance.

En revanche, le dollar avance face à l’euro ce lundi, alors que Janet Yellen, choisie par Joe Biden comme secrétaire au Trésor et qui sera auditionnée par le Sénat américain mardi, compte affirmer qu’elle ne vise pas un dollar faible, selon le Wall Street Journal.

Sur le Forex, le dollar gagnait 0,14% face à l’euro, à 1,2065 dollar pour un euro, et 0,46% face à la livre, à 1,3528 dollar pour une livre.

L’ancienne présidente de la Banque centrale américaine (Fed) va déclarer qu’elle compte laisser le marché des changes décider du niveau du dollar, selon des informations du Wall Street Journal. Dès lors, le contraste est clair avec l’administration de Donald Trump, qui réclamait un dollar faible pour doper les exportations américaines, ont commenté les analystes.

En légère hausse, le Dollar index, qui compare le billet vert à d’autres grandes devises, évoluait à son plus haut depuis près d’un mois, s’éloignant de son plus bas en deux ans et demi touché début janvier.

Le marché est vite passé de la perspective de la reprise post-Covid-19, qui poussait les investisseurs à privilégier les actifs à risque et à vendre le dollar, valeur refuge, à l’idée que le plan géant de relance de Joe Biden va faire grimper les taux d’emprunts, ont ajouté les analystes  qui estiment par ailleurs le dollar est surévalué face à de nombreuses devises, car la Fed a promis de conserver une politique monétaire souple.

Sur le plan macroéconomique, la publication d’une accélération de la croissance chinoise au quatrième trimestre, de 6,5% en rythme annuel contre 6,1% pour le consensus, ne suffit pas aux marchés pour véritablement repartir de l’avant, l’évolution de la pandémie et ses conséquences sur l’économie européenne et américaine ainsi que les incertitudes sur un déploiement efficace des vaccins incitant les investisseurs à la prudence.

Par ailleurs, la Bundesbank a fait savoir que l’économie allemande parvenait à se maintenir à flot mais qu’elle pourrait subir un revers de taille si les mesures de lutte contre le coronavirus étaient à nouveau étendues, une option sur laquelle Angela Merkel et les dirigeants des Länder pourraient débattre dans les prochains jours.

La semaine qui commence sera marquée par plusieurs rendez-vous dont l’investiture du président élu américain Joe Biden et les réunions de politique monétaire de la Banque du Japon et de la Banque centrale européenne (BCE) ainsi que par une accélération des publications de résultats. Selon les experts, la BCE devrait réaffirmer à l’issue de sa réunion de jeudi sa disposition à ajuster tous ses outils si nécessaire dans un contexte rendu incertain par la persistance du risque sanitaire.

Les cours du pétrole hésitent entre les craintes liées à l’augmentation des cas de COVID-19 dans le monde et le rebond meilleur que prévu de l’économie chinoise en fin d’année. Le Brent prend 0,07% à 55,14 dollars et le brut américain 0,23% à 52,48 dollars.


Current track

Title

Artist