La livre profite de l’ampleur du plan vaccinal britannique

Ecrit par on 8 janvier 2021

Sur la place de Tunis, la monnaie unique est traitée à 3.3180 tandis que le billet vert s’échange à 2.7180 respectivement contre le dinar tunisien. La paire phare se négocie quant à elle sur le Forex à 1.2275.

Sur le marché des changes, le dollar grappille 0,07% contre un panier de devises de référence et l’euro cède 0,19% à 1,2247 dollar.

La livre britannique montait ce vendredi face à l’euro et au dollar alors que le Royaume-Uni espère bientôt pouvoir vacciner des centaines de milliers de personnes par jour, selon une déclaration du Premier ministre. Sur le Forex, elle gagnait 0,46% face à l’euro à 90,04 pence pour un euro et 0,21% face au dollar à 1,3596 dollar pour une livre.

Confronté à une flambée des contaminations attribuée à un variant du virus détecté initialement dans le sud-est de l’Angleterre, le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé par l’épidémie en Europe, avec plus de 78.500 décès.

« Nous sommes dans une course contre la montre. Mais je peux vous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour vacciner autant de personnes que nous pouvons à travers le Royaume-Uni », a déclaré Boris Johnson lors d’une conférence de presse, évoquant « un effort national sans précédent ».

Pour répondre à cet ambitieux défi, les autorités tablent sur une augmentation des approvisionnements en vaccins, des lieux de vaccination et des équipes pouvant les administrer, ainsi que sur le soutien de l’armée.

Le dollar s’inscrivait pour sa part en hausse face à l’euro (+0,24% à 1,2242 dollar pour un euro) avant la publication des chiffres sur l’emploi américain en décembre.

Sur le plan macroéconomique, le département américain au Travail, les destructions de postes non-agricoles du mois de décembre sont ressorties à 140.000, alors que les économistes tablaient en moyenne sur 50.000 créations. Le taux de chômage de décembre est ressorti inchangé à 6,7%, contre 6,8% de consensus. Les destructions d’emplois dans le privé sont évaluées à 95.000 en décembre par le Département au Travail. Le secteur manufacturier a toutefois généré 38.000 postes, un peu plus que prévu. Le taux de participation à la force de travail est ressorti comme attendu à 61,5%. Le salaire horaire moyen a augmenté fortement, de +0,8% en comparaison du mois antérieur et de 5,1% en glissement annuel. Enfin, les créations d’emplois du mois de novembre ont été révisées en forte hausse à 336.000, contre 245.000 initialement mesuré (417.000 créations dans le privé).

En Europe, le taux de chômage a atteint 8,3% dans la zone euro en novembre, en baisse de 0,1 point sur un mois, mais en hausse par rapport au niveau de 7,4% de novembre 2019. Eurostat estime qu’en novembre 2020, 15,933 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage dans l’UE, dont 13,609 millions dans la zone euro.

En outre, la production industrielle et les exportations en Allemagne ont augmenté en novembre, le secteur manufacturier continuant de soutenir la reprise de la première économie européenne au dernier trimestre de 2020. Selon des données de l’Office fédéral de la statistique publiées ce vendredi, la production industrielle a progressé de 0,9% en novembre après une hausse de 3,4% (révisée) en octobre.

Les exportations allemandes ont progressé de 2,2%, montre également l’Office fédéral de la statistique. La production industrielle comme les exportations s’améliorent pour le septième mois d’affilée en Allemagne après le confinement de printemps lors de la première vague de la pandémie de coronavirus. Ces données font écho à la hausse inattendue des commandes à l’industrie en novembre annoncée jeudi. Toutes ces données sont antérieures aux nouvelles restrictions décidées par l’Allemagne pour tenter de freiner la nouvelle vague épidémique qui frappe le pays.

Les cours pétroliers restent proches de leurs récents plus hauts de 11 mois, toujours soutenus par la décision de l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial, de réduire sa production sur les deux prochains mois. Le Brent gagne 1,36% à 55,12 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,16% à 51,42 dollars.


Current track

Title

Artist