Haythem Brahem : l’amendement du Code électoral n’est plus une urgence !

Ecrit par on 4 mars 2020

 

 

 

Le député Afek Tounes et président de la commission du règlement intérieur, de l’immunité, et des lois parlementaires et électorales, Haythem Brahem a été présent, ce mercredi 4 mars 2020, au micro de Wassim Ben Larbi à l’émission Expresso sur nos ondes pour revenir sur l’amendement du Code électoral, notamment, la question relative au seuil de 5%.

 

 

Le président de la commission a assuré que l’amendement du seuil électoral devait être examiné en urgence tenant compte de la conjoncture politique précédant le vote de confiance au gouvernement Fakhfakh et la possibilité de tenir des élections anticipées. « Le premier constat concernait les amendements déjà adoptés et qui ne sont pas encore ratifiés par la présidence de la République. Nous avons demandé au bureau de l’assemblée d’adresser une correspondance à la présidence de la République dans ce sens, mais on nous a signifié que le règlement intérieur ne permet pas l’audition de la présidence de la République ».

 

Il a ajouté « Puisqu’il n’y a plus d’urgence, nous avons décidé d’examiner l’amendement du Code électoral en profondeur. Le système électoral actuel a démontré ses limites. Nous devons d’abord fixer nos objectifs et où nous voulons aller et décider de l’orientation à prendre en conséquence. Une fois, l’objectif fixé, nous ferons appel à des experts pour définir le système électoral le plus judicieux ».

 

Haythem Brahem a indiqué qu’il n’est nécessaire de parvenir à un équilibre entre le pluralisme et la représentativité, soulignant que c’est le point le délicat.

 

Revenant sur le blocage au niveau de la mise en place de la Cour constitutionnelle, il a indiqué qu’il est nécessaire de parvenir à un consensus autour des noms proposés pour la Cour constitutionnelle. « S’il n’y a pas de consensus, j’estime qu’il est nécessaire d’amender la loi organique portant création de la Cour, en faisant passer le nombre de voix requis pour les membres à 109 voix. Certes, que cela va réduire la représentativité, mais je considère qu’en absence de consensus, c’est une obligation pour dépasser les blocages existants ».

 


Current track

Title

Artist