Fethi Ayadi: Ennahdha a demandé à Mechichi de ne pas démissionner et son remplaçant serait pire

Ecrit par on 16 février 2021

Fethi Ayadi, porte-parole du parti Ennahdha a déclaré, sur les ondes de radio Express FM, mardi 16 février 2021 qu’il n’est pas raisonnable tout ce qui se produit actuellement entre la présidence de la république et celle du gouvernement, soulignant que Kais Saied est en train de pousser Hichem Mechichi vers la démission afin de le remplacer. Et d’ajouter que rien ne dit que le remplaçant de Hichem Mechichi serait meilleur que lui.

« Quiconque prendre la place de l’actuel chef du gouvernement ne pourra faire mieux, il serait même pire en termes de respect des libertés, du respect du pays et du respect de la démocratie » s’est indigné Fethi Ayadi. Et de poursuivre qu’il y a une logique de réflexion visant à cibler le Parlement et l’éliminer, par conséquent, les défendeurs de cette logique ont besoin d’un chef de gouvernement qui s’inscrit dans cette optique et qui mettrait fin à l’expérience démocratique en Tunisie.

En outre, l’invité d’Expresso a déclaré: « Nous avons une problématique principale à savoir que nous n’arrivons à s’entendre. Il faut savoir que la décision de Mechichi de limoger 5 ministres et d’en affecter d’autres par intérim était nécessaire, car il n’est pas possible pour le gouvernement de continuer dans cette situation. » En effet, Fathi Ayadi a expliqué que la décision du chef de gouvernement était indispensable en vue d’assurer la continuité de l’Etat et du travail du gouvernement.

Dans le même propos, Fethi Ayadi a souligné qu’Ennahdha n’a rien imposé à Mechichi, indiquant que selon le parti, le chef du gouvernement n’a pas besoin de démissionner afin de mettre fin à la situation conflictuelle. Et de souligner que le message du président de la république est de dire que l’élite qui gouverne actuellement est soupçonnée d’être corrompue. « L’ensemble du Parlement est corrompu? » s’est interrogé le porte-parole d’Ennahdha poursuivant que le président adopte toujours l’idée que les partis ne sont pas aptes à diriger le pays.

Fethi Ayadi a précisé qu’il s’attendait à ce que le président de la République rencontre le chef du gouvernement et ce, à plus d’une occasion. Quant à la recherche de solutions par voie de correspondance, il a expliqué qu’il s’agit d’une méthode qui a passé son temps.


Current track

Title

Artist