Imed Elabed : 10 milliards de dinars de manque à gagner de la fuite des compétences en 2017

Ecrit par on 17 janvier 2019

« Quasiment 100% des ingénieurs diplômés des meilleures écoles » quittent la Tunisie, c’est ce qu’a indiqué Imed Elabed, président de la Chambre nationale des sociétés de services et d’ingénierie informatique (SSII), lors de son intervention aujourd’hui au micro de Manel Gharbi à l’émission EcoMag.

Six acteurs sont concernés par la fuite des compétences dans le pays, selon Elabed. Il s’agit des entreprises, des talents eux-mêmes, des pouvoirs publics (gouvernement et administration), des universités, des médias et de la société civile, a-t-il dit.

Une étude d’un consultant externe a fait ressortir une estimation, pour l’année 2017, d’environ 10 milliards de dinars, le manque à gagner du pays de la fuite des compétences « à un ordre de grandeur », d’après le président de la Chambre nationale des SSII.

Selon Elabed, il existe beaucoup de solutions à cette fuite.

« Il n’y a pas une solution miracle, mais plusieurs actions qui, ensemble, permettent d’améliorer la situation », a-t-il précisé.

Comme point de départ, il s’agit des actions qui concernent, d’après Elabed, « la rémunération et les avantages de rétention, l’image du pays, les grands projets publics pour les sociétés tunisiennes, le cadre légal des marchés publics, l’augmentation des ingénieurs formés, la reconversion de cadres vers l’IT, l’amélioration de l’alignement de la formation sur les besoins, l’attraction des talents étrangers, l’internationalisation des sociétés, la diplomatie économique, le maintien du contact et le suivi du talent, la création de réseaux avec du lobbying, la fuite avec un non respect des contrats, et, le protectionnisme ».

Selon Elabed, on estime entre « 45 à 110 mille talents dans le numérique qui sont potentiellement partis ».


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist