Change: La prudence plombe les marchés dans le sillage des mesures de confinement sanitaire

Ecrit par on 13 janvier 2021

Sur la place de Tunis, la monnaie unique est traitée à 3.3200 tandis que le billet vert s’échange à 2.7240 respectivement contre le dinar tunisien. La paire phare se négocie quant à elle sur le Forex à 1.2165 avec un plus haut intraday à 1.2222.

Le climat de marché est de nouveau plombé par la perspective d’une prolongation des mesures de restriction en vigueur dans plusieurs pays européens pour tenter de freiner la résurgence des cas d’infection par le coronavirus en attendant que les campagnes de vaccination freinent l’épidémie.

En Allemagne, le ministre de la Santé a déjà annoncé que toutes les restrictions en place ne pourraient pas être levées le mois prochain, en Italie, l’état d’urgence va être prolongé jusqu’à fin avril et en France, le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles mesures jeudi.

Sur les marchés américains, c’est la nouvelle procédure de procès en destitution (« impeachment ») visant Donald Trump qui pourrait justifier la prudence des investisseurs. Ceux-ci attendent par ailleurs les chiffres mensuels de l’inflation et le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale.

Le regain d’aversion au risque et la stabilisation des rendements obligataires favorisent le rebond du dollar, qui s’apprécie de 0,24% face à un panier de devises de référence. L’euro revient ainsi autour de 1,2170.

La livre sterling, elle, reste orientée à la hausse face au dollar et à l’euro, poursuivant sur sa lancée de mardi après les déclarations du gouverneur de la Banque d’Angleterre soulignant les risques des taux négatifs. Sur le Forex, la livre britannique prenait 0,15% face au dollar et s’échangeait pour 1,3685 dollar, non loin de son plus haut en deux ans et demi, atteint le 6 janvier à 1,2704 dollar.

La prochaine réunion de politique monétaire de la BoE aura lieu début février. Etant donné les difficultés auxquelles est confrontée l’économie britannique, sur le long terme, une baisse du taux de la BoE n’est pas complètement écartée, soulignent les analystes. En revanche, d’autres estiment que que la livre est rendue plus attractive par la rapidité de la campagne de vaccination, qui va mener à une reprise économique plus rapide.

Le Royaume-Uni est le pays d’Europe le plus endeuillé. Le gouvernement espère immuniser quelque 15 millions de personnes d’ici mi-février pour commencer à lever son troisième confinement en un an.

Sur le plan macroéconomique, l ‘indice américain des prix à la consommation pour le mois de décembre 2020 est ressorti en progression de 0,4% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place. Il grimpe de 1,4% en glissement annuel.

Par ailleurs, la production industrielle est restée bien orientée en novembre dans la zone euro, affichant une hausse de 2,5% sur un mois après +2,3% en octobre. Le consensus tablait sur une progression de seulement 0,2%. En glissement annuel, la production limite son repli à 0,6% contre -3,3% de consensus.

Le marché pétrolier évolue au plus haut depuis près de 11 mois après l’annonce par l’American Petroleum Institute (API) d’une diminution plus forte qu’attendu des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis.

Le Brent gagne 0,14% à 56,66 dollars le baril après un pic à 57,42, son plus haut niveau depuis le 24 février, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,34% à 53,39 dollars.


Current track

Title

Artist