Bassem Loukil : la ratification du COMESA ne doit pas induire l’investisseur tunisien en erreur

Ecrit par on 21 mai 2019

Bassem Loukil, le président du Tunisia Africa Business Council (TABC), était au micro d’EcoMag mardi 21 mai, pour parler des suites pour la Tunisie de la ratification du Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA). 

Loukil a déploré la perte de temps et la lenteur liées aux négociations, qui auraient pu débuter entre 2013 et 2014 au lieu de juin 2018, il ajoute « on aurait pu gagner au moins  1 an de négociation ». Il explique que « cela est du aux changements de gouvernements successifs qui n’ont pas permis d’avoir une vision claire à l’échelle du continent africain ».

La Tunisie n’est pas prête pour le COMESA, en effet il n’y a de représentations tunisiennes qu’en Ethiopie et au Kenya, ce qui est largement insuffisant. Il n’existent pas non plus de lignes de transports desservant directement les villes concernées par cette zone d’échange économique. De plus, il manque la présence des banques pour financer et accompagner les investisseurs tunisiens.

Loukil est revenu sur l’effet d’annonce de la ratification en appuyant qu' »il ne faut pas induire l’exportateur tunisien et les sociétés tunisiennes en erreur », sachant qu’elle n’implique aucun changement immédiat et que les négociations peuvent encore s’étaler sur une période d’une à trois années supplémentaires. Ces négociations impliquent entre autre l’ouverture des marchés aux exportateurs tunisiens, la liste des marchandises qui peuvent être exportées, leurs prix etc..

marqué comme

Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist