Aziz Krichen: Une dizaine de familles monopolise plusieurs secteurs économiques en Tunisie

Ecrit par on 13 janvier 2021

Invité sur le plateau spécial 10 ans de révolution sur les ondes de radio Express FM, mercredi 13 janvier 2021, le chercheur et écrivain politique Aziz Krichen a confirmé qu’il existe une tension entre les trois présidences pour une raison technique en ce sens que la division ne donne pas la possibilité de créer une unité de leadership politique dans le pays, notamment entre les présidences de la république et du gouvernement.

Aziz Krichen a ajouté que le problème principal est dû à une quasi-rupture entre l’avant et l’après 14 janvier, ce qui signifie que dans cette rupture, une nouvelle étape historique et de nouvelles revendications ont émergé, mais la classe politique actuelle s’est formée dans l’ancien système et n’avait pas de solutions aux nouveaux problèmes. C’est pourquoi, a ajouté Aziz Krichen, leur moteur principal est la lutte pour le pouvoir et l’influence.

L’invité d’Expresso a souligné par ailleurs, que l’agronomie doit à nouveau être rentable, sachant que la Tunisie est l’un des rares pays au monde où l’État possède un million d’hectares des meilleures terres du pays. Aziz Krichen a évoqué des politiques alternatives pour l’intégration de l’économie parallèle, en précisant: « Il y a une quasi-mafia qui détruit le tissu productif tunisien. Quant au taux de salaire en Tunisie, il représente la moitié de celui appliqué au Maroc, tandis que les conditions économiques des deux pays ne sont pas loin l’une de l’autre. »

Aziz Krichen a expliqué que des dizaines de familles sont propriétaires du pays et qu’elles sont dans une situation de monopole dans plusieurs secteurs qui apportent principalement des avantages à la vie économique dans le pays et entravent la croissance économique réelle, c’est pourquoi le système économique et social doit être restructuré et la politique éducative doit être modifiée.

N.B


Current track

Title

Artist