Tarek Cherif : la majorité des PME ont intégré l’informel dans leur mindset

Ecrit par on 24 mai 2019

Tarek Cherif, président de la Confédération des Entreprises Citoyennes (CONECT) était l’invité d’EcoMag, pour parler de la santé des Petites et Moyennes Entreprises (PME) en Tunisie en chiffre. 

La troisième édition du baromètre de la santé des PME tunisiennes intitulé « Miqyes de la santé de la PME tunisienne 2018 »,  a été publié par CONECT et ses partenaires, dont le Programme des Nations Unis pour le Développement. Cette étude présente un constat général de la situation des 500 PME présentent sur le territoire: par ici les chiffres.

Au niveau de la forme juridique des entreprises, 50% représentent des SARL, 17,2% des entreprises individuelles, 15,9% des sociétés anonymes et 14,2% des SUARL. Ces PME sont dirigées à 88,2% par des hommes et à 11,8% par des femmes, 61% d’entre elles sont exclusivement sur le marché local.

En 2018, l’inflation a atteint 7%, ce qui a fait baisser le chiffre d’affaire de 83% des PME, principalement à cause d’une augmentation des coûts de facteurs et d’exposition de risque (par exemple des retards de paiement).

Il n’y a pas de responsable commercial dans 66% des PME, c’est le dirigeant qui endosse ce rôle, se désengageant de la gestion interne en recrutant un directeur administratif et financier, ainsi qu’un responsable des ressources humaines, et se dirigeant plus vers la gestion commerciale.

Il y a 70% des PME qui ont perdu des clients importants à cause de leur insolvabilité, ce nombre a doublé par rapport à 2017 (23% contre 46% en 2018); 28% ont refusé un marché avec comme raison principale une insuffisance de rentabilité, et 28% subissent des arrêts fréquents de la production.

La majorité des PME ont intégré l’informel dans leur mindset, que cela concerne un concurrent à 46,3%, un moyen de réduire les coûts à 14,2% ou un client débouché pour 10,8% d’entre eux.

Pour les dirigeants des PME et sur trois années consécutives, l’administration la plus bloquante est l’administration fiscale et pour 62,6% d’entre eux, la corruption a augmenté depuis 2017. Enfin, ils sont 27,4% à penser que la situation en Libye impacte leurs situations.

 

(Visited 57 times, 1 visits today)
marqué comme

Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist