Présidentielles 2019 / Neji Jalloul : « Je suis contre l’exclusion des islamistes, malgré mon désaccord avec eux »

Ecrit par on 5 septembre 2019

Le candidat aux élections présidentielles anticipées, Naji Jaloul, a déclaré, ce jeudi 05 septembre 2019, au micro d’Expresso, que le Président de la République est le garent de la sécurité national.

Neji Jaloul a exprimé son mécontentement du déroulement de la campagne présidentielle, la considérant comme « dépourvue de débats réels et de programmes sérieux ». « On dirait une pub pour un yaourt », s’est-il indigné.

Jaloul a affirmé qu’il compte faire des reformes sérieuses dans le domaine du trafic routier et la sécurité, faisant savoir que la sécurité nationale représente « un dossier essentiel ».

En ce qui concerne les accidents routiers, Jalloul a évoqué une anecdote : « un investisseur japonais m’a dit un jour qu’il ne voulait pas mourir sur nos route ».

Concernant son limogeage du poste de ministre de l’Education, Jaloul a fait savoir que la décision a été prise par Beji Caïd Essebsi et non par Youssef Chahed : « feu Béji n’aimait pas trop les conflits avec l’UGTT ».

Le candidat aux élections présidentielles anticipées a confié avoir été victime de comportement inacceptable de la part de Beji Caid Essebsi et son fils, Hafedh, raison pour la quel il a quitté Nidaa Tounes.

Neji Jaloul a indiqué qu’il est contre l’exclusion des islamistes, malgré son désaccord avec eux. « Même si je ne partage pas leurs idées, ils restent des citoyens  tunisiens et un Président de la République doit avoir de bonnes relations avec tous les partis », a-t-il dit.

Feryal Ferjani

(Visited 62 times, 1 visits today)

Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



continuer la lecture

Current track

Title

Artist