Présidentielles 2019 / Hatem Boulabyar : La Tunisie est un paradis fiscale et j’instaurerai une taxe sur la fortune

Ecrit par on 4 septembre 2019

Le candidat aux élections présidentielles anticipées, Hatem Boulabyar, a indiqué, ce mercredi 04 septembre 2019, au micro d’Expresso, qu’il s’est porté candidat « par amour à la Tunisie qui passe par une période charnière de son histoire », affirmant que la réforme du régime politique mis en place en Tunisie après la révolution est « une obligation,  surtout que 90% des Tunisiens ne sont pas satisfaits de ce système».

Boulabyar a affirmé que la Tunisie est capable d’atteindre une croissance de 9%, s’engageant à tenir un conseil des ministres trimestriel, présidé par le Président de la République, à Sfax qu’il considère comme « une région importante sur le plan économique puisqu’elle participe de 20% à l’économie nationale ».

« J’instaurerai une taxe sur la fortune »

Par ailleurs, Hatem Boulabyar a indiqué qu’il instaurera une taxe sur la fortune à hauteur de 2,5%, considérant que «la Tunisie est aujourd’hui « un paradis fiscal pour les hommes d’affaires ».

Il a également fait savoir qu’il annulera, une fois élu Président de la République, le ministère du Tourisme : « je le remplacerai par six bureaux régionaux, comme c’est le cas en France ».

« La France est un butin de guerre pour la Tunisie »

Concernant les relations tuniso-algériennes, le candidat aux élections présidentielles anticipées a appelé à les consolider davantage, estimant que « la France est un butin de guerre pour la Tunisie ». Il a, par ailleurs, dit qu’il est prêt à parler en hébreux pour défendre les intérêts de la Tunisie.

Hatem Boulabyar est, également, revenu sur la non déclaration de ses biens : « ce n’est pas une obligation et cela demande beaucoup de temps, mais je la ferai ».


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist