Présidentielles 2019 / Elyes Fakhfekh : « J’ai une vision sur dix années et les jeunes sont au cœur de mon programme»

Ecrit par on 3 septembre 2019

Le candidat du Forum démocratique pour le travail et les libertés aux élections présidentielles anticipées, Elyes Fakhfakh, a déclaré, au micro d’Expresso, ce mardi, 03 septembre 2019, qu’il est temps qu’une nouvelle génération dirige le pays.

Elyes fakhfakh a exprimé son attachement à la jeunesse, dont il  accorde une  importance capitale, notamment les 15 / 25 ans « qui ont abandonné l’école et qui tombent dans la délinquance ».

« D’où mon initiative de la deuxième chance. Il faut aider ces jeunes avec des formations», a-t-il dit, ce qui réduirait, selon lui, leur envie d’émigration illégale et la possibilité de les attirer par les terroristes. Ceci permettrait d’améliorer la sécurité nationale.

Elyes Fakhfakh a, également, déclaré qu’il est « temps qu’une nouvelle génération dirige le pays », dénonçant « l’envie de la 4e génération de continuer à diriger encore le pays ».

Fakhfakh aspire à réorganiser les administrations, donner plus de liberté à la presse et condamner le pistonnage dans les postes importants au sein de l’état : «J’étais ministre du tourisme et des Finances et je sais comment ça ce passe. Quand tu ramènes un programme de réforme sérieux, l’Etat te suit ».

Ce qu’il manque à la Tunisie, selon Elyes Fakhfakh, c’est « une vision sur 10 ans ». Il compte relancer l’économie du pays en usant de tout les moyens, quitte à « s’endetter encore plus, mais pour investir et non pas pour se nourrir ».

Fakhfakh a, également, évoqué, les 190 millions de personnes qui habitent sur la côte Sud de la Méditerranée. Une population qui ne cesse de s’accroître en raison de l’immigration, ce qui nous oblige à avoir une logistique pour géré cette situation sur le plan économique.

Fakhfakh dit vouloir faire faire de Sfax une véritable capitale « parce que je suis sfaxien certes, mais pas que ». L’idée étant d’avoir deux grandes villes industrielles à l’image des pays développé.

Au sujet des relations internationales, Elyes Fakhfakh considère la Libye et l’Algérie comme « extension de la Tunisie ». A ce titre, le candidat d’Ettakatol appelle à ce que la diplomatie tunisienne contribue à la reconstruction de la Libye ».

Par ailleurs, Fakhfakh a nié son appartenance au parti Ennahdha : « J’ai était parrainé par quatre partis et nonj pas uniquement Ennahdha, parce que je considère que le Président de la République doit être en bon terme avec tout le monde ».

Feryal Ferjani


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist