Oussema Khelifi : le président de la République a une obligation de résultat

Ecrit par on 13 janvier 2020

 

 

Le député et dirigeant Qalb Tounes Oussema Khelifi est intervenu, ce lundi 13 janvier 2020, au micro de Wassim Ben Larbi à l’émission Expresso sur nos ondes pour revenir sur le vote de confiance du gouvernement et les perspectives de la période à venir.

 

 

Oussema Khelifi a indiqué que le gouvernement n’était pas capable de relever les défis de la période actuel, soulignant qu’il aurait été mieux d’avoir un gouvernement, « l’emballement observé ces deux derniers jours était pour la représentation de la démocratie en Tunisie et non pour la chute du gouvernement ».

 

Revenant sur l’alliance des blocs parlementaires ayant conduit à la chute du gouvernement Jamli, Oussema Khelifi a assuré qu’il s’agit d’une initiative nationale et non d’un front parlementaire. Il a précisé que l’initiative permet, principalement, à unifier les positions des blocs concernés, à savoir, Qalb Tounes, la Réforme nationale, Tahya Tounes et Al Mostakbal.

 

« Avant tout, je ne préfère pas l’utilisation de l’expression « gouvernement du président ». Il s’agit d’un deuxième mandat constitutionnel. Le président de la République doit charger la personnalité la plus apte à former le gouvernement en concertation avec les partis. Le chef de l’Etat a une obligation de résultat, il n’a pas à entrer dans un bras de fer avec les partis».

 

Il a, également, assuré que Fadhel Abdelkefi est une véritable compétence qui peut conduire le gouvernement, « Mais il y a d’autres personnalités capables d’être à la tête du gouvernement. Le plus important dans cette période, c’est d’unifier les positions et de d’éviter l’exclusion en privilégiant l’intérêt suprême de l’Etat ».


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist