Dissolution des conseils municipaux : l’ISIE alerte sur le risque de dispersion de son travail

Ecrit par on 31 mai 2019

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a reçu, une notification officielle concernant la dissolution de 9 conseils municipaux a indiqué, jeudi 30 mai, Anis Jarboui, membre de l’instance. 

Il a expliqué que “les conseils municipaux ont été dissous après la démission de la majorité de leurs membres, estimant que ces démissions et les élections partielles qui en découleront sont de nature à disperser le travail de l’ISIE, laquelle doit se consacrer à la réussite des élections législatives et présidentielle”.

Il a aussi appelé les partis politiques représentés aux conseils municipaux à résoudre leurs problèmes  et à ne pas alourdir la tâche de l’ISIE par l’organisation d’élections municipales partielles : “L’instance électorale tire la sonnette d’alarme”, a-t-il souligné, ajoutant que “les efforts de l’instance seront focalisés sur la réussite des élections qu’il s’agisse de la réception des candidatures pour les élections législatives, la présidentielle ou encore l’observation de la campagne électorale”.

Le président de l’ISIE, Nabil Baffoun, avait demandé au président du parlement, Mohamed Ennaceur, le report des élections municipales partielles pour après l’organisation des législatives et de la présidentielle (novembre/décembre 2019) en proposant une initiative législative pour l’amendement de la loi électorale à cet effet.

Après sa rencontre avec le président du parlement, Baffoun avait déclaré que “les démissions successives de plusieurs conseillers municipaux dans différentes municipalités, et la nécessité de les remplacer en tenant des élections partielles dans un délai ne dépassant pas les trois mois, épuiseraient les efforts de l’ISIE,  dans le cadre d’une année chargée en élections”.

Les neuf conseils municipaux qui ont été dissous sont : Souk Jedid (Sidi Bouzid), El Ayoun (Kasserine), le Bardo (Tunis), la Soukra (Ariana), Bohra (Le Kef), Sers (Le Kef), Thibar (Béja), Naassen (Ben Arous) et Kesra (Siliana). Par ailleurs, le coût de l’organisation des élections municipales partielles s’élève à plus de 50 mille dinars.


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist