Anis Jaziri concernant la ZLECA : Le futur de la Tunisie c’est notre continent

Ecrit par on 13 mai 2019

Anis Jaziri, le secrétaire général du conseil d’affaire tuniso-africain était l’invité d’Eco Mag, lundi 13 mai, pour parler de la Tunisie et de sa place dans la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA).

Le 21 mars 2018 à Kigali capitale du Rwanda, le ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui  a signé avec 44 autres pays l’accord de principe de la ZLECA, avec comme date buttoir le 30 mai 2019 pour finir de le ratifier, mais depuis, la Tunisie n’a toujours terminer ce processus qui lui permettrait de faire partie de cet espace économique.

Jaziri voudrait que “la Tunisie soit parmi les premiers qui ratifie cet accord car il est très important pour le pays” , il ajoute “on parle beaucoup de l’Aleca qui permet de consolider le positionnement avec l’Europe, mais n’oublions jamais que le future de la Tunisie, de nos enfants, de notre croissance et de notre export, que ce soit en produits ou en service c’est l’Afrique, c’est notre continent”. Il ajoute “l’Aleca et la Zleca sont très différents, il n’y a aucun rapport entre ce qu’on exporte en Afrique et ce que l’on importe d’Europe, la ZLECA ne peut être que bénéfique pour la Tunisie, qui a énormément  à apporter en terme de produits d’exportation, et de services”.

Il indique que le commerce inter-africain ne représente que 15% des échanges alors que le flux de commerce inter-européen est de 67%, “c’est donc l’occasion ou jamais de profiter de la mise en place de cette zone de libre échange pour que la Tunisie en soit un acteur important”.

La ratification de la ZLECA n’a pas encore eu lieu parce qu’elle est toujours dans “les tirroirs de l’ARP”.

Concernant cette lenteur, Jaziri réagit “cela est une priorité pour la Tunisie et pour le commerce extérieure, et pour notre export, il y a de gros chiffres en jeu”.

Il espère donc qu’il y aura une prise en charge rapide du dossier pour ratifier l’accord et donner un signal fort montrant que les tunisiens seront les premiers à appuyer cette démarche de zone de libre échange.

Pour lui, “la Tunisie n’a pas a avoir peur, nos produits sont parmi les meilleurs sur le continent africain, notre industrie est importante, l’agro alimentaire et la mécanique – électrique sont très performants et nos produits sont de qualité. La Tunisie est un leader dans différents secteurs”.

La vision à long terme de la Zleca comme zone de libre échange continentale approfondie, va jusqu’en 2040 -2045. Elle se veut dans la même démarche que l’UE, avec une banque centrale continentale, une monnaie unique, et l’objectif d’un marché commun. La ZLECA est une première étape de cet objectif, avec un démantèlement tarifaire qui va se faire petit a petit en tenant compte des intérêts nationaux.

Jaziri conclut en expliquant que “les ambitions africaines sont grandes, il y a un grand mouvement de libération pour sortir de l’emprise des forces coloniale de la Chine, des USA, et des pays Européens, et l’union fait la force”.

marqué comme

Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist