Ahmed Frikha (EY) : plus des 2/3 des promoteurs et patrons d’entreprises n’ont pas pensé à la politique de transmission de leurs entreprises

Ecrit par on 20 juin 2019

Ahmed Frikha de Ernst and Young (EY) était l’invité d’Expresso, jeudi 20 juin, pour parler de la stratégie à mettre en place pour une transmission d’entreprise réussie.

Il explique que « la transmission intergénérationnelle a démarré ou est en cours », et que « le tissu économique tunisien est fondé par les Petites et Moyennes Entreprises, qui sont des sociétés familiales ». En effet, « plus de 75% du tissu économique tunisien est aujourd’hui composé de PME, dont l’actionnariat est encore fermé au sein d’une même famille ». L’approche structurée de la transmission de l’entreprise est donc « un sujet crucial pour la pérennité et le développement de ce tissu économique».

Selon l’étude effectuée par EY « plus des 2/3 des promoteurs et patrons d’entreprises n’ont pas pensé à la politique de transmission de leurs entreprises ». Frikha souligne que « ce chiffre est révélateur sachant que 95% des entreprises dans le monde ne survivent pas à la 3ème génération et que plus de 50% des entreprises ne réussissent pas la transmission à  la 2ème génération, si elle n’est pas bien préparée et bien planifiée ».

Il indique que « la transmission est un processus qui, plus il est planifié tôt, plus il réussit parce qu’il prend entre 5 et 10 ans, avec une étape d’initiation, d’intégration, de règne conjoint et de désengagement – retraite, qui ont chacune des complexités et spécificités ».

Frikha ajoute « qu’à part l’aspect patrimonial, la transmission de la gouvernance, de l’actionnariat et du management doit se faire selon différents niveaux. Pour la 1ère  génération l’entrepreneur détient ces 3 dimensions mais pour la transmission elles peuvent être séparées, c’est un des points d’une transmission bien réfléchie ». La famille « peut avoir une seule de ces 3 dimensions, les enfants peuvent aussi ne pas être intéressés par la reprise de l’entreprise ».

Selon l’étude d’EY, 53% des enfants sondés ne souhaitent pas intégrer l’entreprise familiale en Tunisie. « Il faut ainsi aussi prendre en compte les besoins et les envies de la 2ème génération », dit Frikha.

Ainsi « La famille peut rester dans le conseil d’administration pour gérer la stratégie à long terme, la culture d’entreprise, les valeurs familiales et le management opérationnel peut être tenu par des gens extérieurs à l’entreprise », explique t-il. Ce sont « des modèles intéressants en terme de performance opérationnelle de l’entreprise avec cette dichotomie conseil d’administration et management ».

Frikha donne d’autres exemples de transmission comme « la LBO Leverage Buy-Out, où les managers ou salariés de l’entreprise sont partie prenante en entrant de façon globale ou partielle dans l’entreprise »; ou encore le modèle « d’ouverture du capital de façon totale ou partielle, qui peut être session d’entreprise ».

Celui ci « est lié au fond d’investissement, aux partenaires stratégiques, à l’introduction en bourse, qui sont des relais et des formes de transmissions d’entrée ». Pour optimiser ce modèle, « le process le plus simple en Tunisie reste l’introduction en bourse et le holding, c’est le chemin le plus structuré en Tunisie et le plus facile », conclut Frikha.

Ernst and Young tiendra son événement annuel mardi 25 juin de 15h à 20h au centre des congrès pavillon gammarth, sur le thème de la transmission d’entreprise, avec des experts nationaux et internationaux ainsi que des témoignages d’entrepreneurs qui ont réussi ou pas leur transmissions selon différents modèles. Plus d’informations sont disponibles en appelant directement Ernst and Young.

 

 

(Visited 76 times, 1 visits today)

Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist