Président de l’ODC : la hausse des prix des œufs est « insupportable » pour le citoyen

Président de l’ODC : la hausse des prix des œufs est « insupportable » pour le citoyen

La vente des œufs au public à 950 millimes, les 4 unités, en dépit d'un prix fixé à 840 millimes par le ministère du Commerce, est « insupportable » pour le citoyen, a indiqué le président de l'Organisation de défense du consommateur (ODC), Slim Saâdallah.

Saâdallah a déclaré à l'agence TAP qu'il « ne faut pas laisser faire, car l’œuf est le principal aliment pour la majorité des Tunisiens. Il est aussi la source de protéine la plus abordable par rapport aux viandes rouges et au poisson ».

Selon Saâdallah, l'Etat doit intervenir pour solutionner le problème dès son origine. Etant donné que l’augmentation des prix des œufs est le résultat de la hausse de ceux des fourrages et des aliments pour volailles. « Derrière cette hausse, il y a également la spéculation, la contrebande et la vente conditionnée, autant de pratiques qui nuisent au pouvoir d'achat du citoyen », a encore déclaré le premier responsable de l'ODC, qui plaide en faveur d'une intervention et une « solution radicale » à tous ces problèmes.

Le ministère du Commerce avait fixé le prix maximal de vente des œufs à la consommation, à partir du lundi 8 octobre 2018, au prix de 780 les 4 œufs lors de la production et de 840 millimes lors de la vente au public.

L’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) et le Syndicat des agriculteurs de Tunisie (SYNAGRI) ont exprimé leur refus de voir le ministère du Commerce fixer les prix des œufs à la consommation, sans consulter les professionnels

En Tunisie, les poulaillers produisent mensuellement, près de 150 millions œufs destinés à la consommation, dont 60% sont produits dans la région de Sfax, selon le président de la Chambre régionale avicole relevant du SYNAGRI, Wessim Boukhris. La filière avicole compte 600 éleveurs, dont 80% sont des petits et moyens producteurs.

Les tags