La Cour des comptes demande son non implication dans les tiraillements politiques

La Cour des comptes demande son non implication dans les tiraillements politiques

Dans un communiqué rendu public ce vendredi, 1er février 2019, la Cour des comptes informe, suite à la circulation sur les réseaux sociaux d’une correspondance qu’elle a adressée au gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) en date du 21 décembre 2018, que ladite correspondance s’insère dans le cadre de ses activités relatives au contrôle du financement de la campagne électorale des municipales de 2018 en vertu de la loi.

La Cour des comptes précise que l’article 95 de la loi n°16 de l’année 2014 en date du 26 mai 2014 relative aux élections et référendums tel qu’elle a été révisée et complétée par la loi organique n°7 de l’année 2017 en date du 7 février 2017 lui autorise de demander à n’importe quel partie tout document en relation avec le financement de la campagne électorale dans le cadre de l’efficacité de sa mission de contrôle qui lui est confié.

La Cour des comptes informe, également, que tous les partis politiques ayant obtenu des siège dans les conseils municipaux sont concernés par cette procédure et ceci en application de l’article 92 de la loi électorale.

De surcroit, la Cour des comptes souligne la nécessité de l’écarter des tiraillements politiques et son souci à réaliser ses activités avec toute indépendance et en restant à égale distance de toutes les parties extérieures et les parties soumises à son contrôle.

Les tags