L’affaire de l’école coranique de Régueb faisant l'objet d'une plénière à l'ARP

L’affaire de l’école coranique de Régueb faisant l'objet d'une plénière à l'ARP

La séance plénière de l’ARP de ce mardi, 05 février 2019, a été consacrée à l'examen de l’affaire de l’école coranique de Régueb (gouvernorat de Sidi Bouzid), après l’organisation d’un vote.

51 députés ont voté pour, 44 contre et 2 se sont abstenus, selon la correspondante d’Express FM.

La plupart des députés ont porté la responsabilité dans cette affaire aux ministères de la Femme, de l’Education et des Affaires religieuses. Pour eux, la dénomination d’école ne peut être attribuée à ce qui a été découvert au Régueb.

La député Fatma Mseddi a affirmé, de sa part, que le gouvernement était au courant du dossier de l’école de Régueb, et elle s’est interrogée comment l’Etat qui n’a pas pu contrôler les écoles coraniques, pourraient-il contrôler le retour de milliers de combattants terroristes des zones de crise.

Leila Hamrouni a, quant à elle, appelé à la création d’une commission d’enquête sur l’affaire de ladite école surtout qu’il y a eu des informations indiquant qu’une députée s’est intervenue pour rouvrir cet éspace, considérant toute personne voulant dissimuler l’affaire de l’école de Regueb comme complice dans ce terrible crime.

Lors de la plénière une dénonciation de cette école a été faite et il a été souligné que le lieu d'enseignement du Sain Coran devrait être fait dans les écoles et les « Kottabs » supervisés par l'État avec l'application de la loi et l'imposition de l'État, surtout en ce qui concerne les associations coraniques.

Les tags