Fayçal Derbal : 2018 sera l’année de la relance économique

Fayçal Derbal : 2018 sera l’année de la relance économique

Conseiller auprès du chef du gouvernement chargé de la réforme fiscale, Fayçal Derbal était l’invité de Walid Ben Rhouma à l’Expresso de ce vendredi 11 août 2017 sur les ondes d’Express Fm pour faire son diagnostic de la situation économique en Tunisie et y apporter quelques propositions.

Après avoir avoué que cette situation est très difficile avec certains indicateurs au rouge, l’invité a appelé à éviter le recours à des termes alarmistes tels la « faillite », la « catastrophe » qui sont, d’ailleurs, inexacts.

Et d’ajouter qu’à part le glissement du dinar et la baisse des réserves en devises, on enregistre des améliorations du reste des indices par rapport à 2016. Et de citer l’augmentation des recettes fiscales même sans les 7,5% de contribution exceptionnelle des entreprises, un plus de 17,2% de la TVA en juillet 2017 par rapport au même mois de l’an passé, augmentation des recettes douanières de l’ordre de 5 fois de plus durant les 7 premiers de l’année en cours, un commerce extérieur amélioré, des exportations en hausse et une hémorragie stoppée du dinar.

Dans un élan optimiste, M. Derbal affirme qu’à part un deuxième trimestre difficile, le 3ème trimestre et la fin de l’année s’annoncent très positifs augurant d’un vrai décollage économique au cours de l’an 2018, surtout si la Loi de finances est mise sur pied avec la conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes de façon à ce qu’elle contienne les ingrédients de la relance économique.

Parlant d’une Loi de finance, « ni encombrante, ni encombrée », Fayçal Derbal affiche un optimisme qu’il qualifie de réaliste et une prudence pour éviter les dérapages survenus en 2017. Ainsi il prévoit un maintien de la croissance à 2,2% pour cette année et entre 3 et 3,5% lors de l’année prochaine.

L’invité assure qu’il faut soutenir les entreprises en règle avec le fisc tout en révélant qu’il va y avoir une véritable chasse aux fraudeurs en même temps que la mise en place d’une ligne de financement pour la restructuration des sociétés et un encouragement aux entreprises exportatrices.

Et de conclure qu’il va y avoir un ensemble de réformes fiscales touchant notamment le régime forfaitaire qui, dans l’état actuel des choses, ne rapporte absolument rien aux caisses de l’Etat.

 

Les tags