Etre international entre Nords et Suds : quels moyens pour quelles perspectives ?

Etre international entre Nords et Suds :  quels moyens pour quelles perspectives ?

Afin d’assurer plus d’ouverture sur son environnement académique francophone, ’Université de La Manouba (UMA) organise le 4e séminaire sur l’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones, les 11 et 12 février 2019 à Tunis à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba (FLAHM).

 

Ce séminaire s’inscrit dans la continuité des trois premières éditions, qui se sont tenues en 2016 à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), puis en 2017 à l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) à Bruxelles et en 2018 à l’Université de Lausanne (UNIL) avec pour objectif de débattre des enjeux d’internationalisation auxquels font face les institutions d’enseignement supérieur francophones.

Avec cette édition 2019, Il s’agira du premier séminaire organisé par le GRIFF dans un pays du Sud, montrant l’ouverture de cet espace de dialogue vers les Nords et les Suds et une volonté de traiter ensemble les questions qui se posent aujourd’hui à propos de la mobilité des enseignantEs et des étudiantEs, en particulier dans l’espace académique francophone.

Cette session espère ouvrir davantage les voies pour développer les capacités de nos institutions à s’internationaliser tout en abordant les différentes expériences face aux questions partagées de la gouvernance, de l’autonomie des universités et de la gestion de l’information à l’heure d’Internet. 

S’appuyant sur les conclusions de l’édition précédente, le séminaire se propose d’aborder diverses thématiques d’intérêt commun, notamment : le développement des réseaux,

la qualité des partenariats et leur évaluation, le développement de nouveaux outils d’internationalisation, tels que les écoles d’été, les missions d’information des services RI, notamment la veille stratégique, la digitalisation comme outil d’internationalisation

Une session « Mon projet d’internationalisation en 180 secondes » sera également organisée et permettra aux participants de présenter des pratiques, actions et projets innovants développés au sein de leur institution.

Le séminaire se veut un espace de dialogue et privilégiera une approche participative et innovante favorisant les échanges de bonnes pratiques de même que le réseautage. En conservant le format des éditions précédentes il s’adresse prioritairement aux responsables administratifs des Relations Internationales des universités et rassemblera une soixantaine de participants avec 1 ou 2 représentants maximum du même établissement afin de conserver la diversité institutionnelle qui caractérise l’événement. 

Les tags

Lire aussi