Bassem Bouguerra : Les start-up, seul moyen d’avoir une grande économie en Tunisie

Bassem Bouguerra : Les start-up, seul moyen d’avoir une grande économie en Tunisie

Dans le but d’apporter son expertise et son soutien aux jeunes entrepreneurs et startups tunisiennes à la recherche de financements, Bassem Bouguerra, d’ItilaQ, a parlé de ses projets et de sa visions, lors de son passage avec Wassim Ben Larbi à l’Expresso de ce mercredi 13 septembre 2017.

L’invité a passé en revue les réalisations de sa start-up qui dispose d’un vaste réseau à l’échelle nationale et internationale pour aider les nouveaux initiateurs de projets à s’implanter et à avoir des contacts avec les investisseurs et les incubateurs, l’objectif final étant d’aider à l’émergence des success story.

« Notre force réside dans la solidité de nos réseaux. A titre d’exemple, un de nos partenaires n’est autre que Microsoft… », a-t-il précisé en substance avant d’ajouter qu’il a déjà investi 12 millions de dinars en faveur de la création de 26 start-up, ce qui a généré la création de près de 240 emplois.

MP. Bouguerra a fourni quelques conseils aux lanceurs de projets en assurant qu’il est préférable pour les startups d’opter pour l’autofinancement surtout à un stade précoce. L’idée consiste à engager une équipe d’ingénieurs pour travailler sur un projet de développement de logiciels pour ensuite injecter les bénéfices dans le développement d’un produit ou d’un service.

L’invité s’est félicité de l’existence de près d’une vingtaine d’incubateurs en Tunisie mais a regretté que plusieurs d’entre eux sont inactifs à part quelques uns dont notamment [email protected] et Flat6labs. « Pourtant, les start-up constituent le seul moyen pour le pays de devenir une grande et solide économie », a-t-il renchéri en substance.

Bassem Bouguerra a révélé, ensuite l’existence d’un projet grandiose, à savoir une sorte de « Dysneyland des entrepreneurs » abrité dans un bâtiment en train d’être construit sur quatre étages au x Berges du Lac. Il comprendra, entre autres, un open space, des sites pour incubation des projet, le suivi des start-up, le partage des expertises, la compétition pour les start-up avec des prix très intéressants, un Café, des lieux de loisirs, etc. Sachant que le bâtiment devrait être prêt durant l’été prochain de 2018.

M. Bouguerra a indiqué, en fin de son intervention, qu’il a rendez-vous, durant cette journée, avec une délégation de l’International Finance Corporation (IFC membre de la Banque Mondiale) pour discuter, ainsi qu’avec d’autres acteurs économiques clés de l’écosystème des startups en Tunisie, de la possibilité d’investir dans des startups mid-stage, sachant que l’IFC est prêt à des mesures et des projets à titre exceptionnel en vue d’aider la Tunisie à poursuivre sa réussite.

Les tags