Bancassurance: une révision qui vise l’élargissement de la liste des intermédiaires

Bancassurance: une révision qui vise  l’élargissement de la liste des intermédiaires

La révision du système de la bancassurance, soit la distribution de produits d'assurance par les réseaux bancaires vise l’élargissement de la liste des intermédiaires auprès des sociétés d’assurance, outre que les banques, a indiqué Jouda Khemiri directrice au comité général des assurances (CGA) au ministère des finances. Cette révision s'inscrit dans le cadre du nouveau projet de refonte du code des assurances.

« Il s’agit d’introduire d’autres organismes financiers, tels que les intermédiaires en bourse pour les contrats d’assurance vie et les opérateurs téléphoniques, en matière de micro-assurance, ainsi que les sociétés de leasing et de factoring », a précisé Khemiri, lors d’un séminaire sur « la bancassurance en Tunisie : les opportunités et les défis » tenu, ce mardi, à Tunis.

La refonte prévoit aussi la signature de conventions bilatérales entre l’assureur et l’intermédiaire, en supprimant la convention-cadre qui régit, actuellement, les relations entre les entreprises d’assurances et les banques. Ainsi, ces conventions bilatérales devraient être déposées auprès du CGA pour les besoins du contrôle, dans un délai d’un mois pour émettre les éventuelles objections.

L’objectif est de protéger le consommateur, en premier lieu, puis les sociétés d’assurance en matière de sécurité financière. « Désormais le contrôleur d’assurance aura le droit de se déplacer aux agences bancaires pour contrôler l’opération de distribution des contrats d’assurance ou la vente des contrats auprès du public ».

En Tunisie, la part de marché de la bancassurance sur la branche vie est passée de 29,7% en 2010 à 51% en 2017. Pour la branche non-vie, la part est stable autour de 0,3%-0,5%, selon des statistiques du cabinet d'audit financier et de conseil présentées par son associé Fehmi Laourine.

La bancassurance a été introduite en Tunise, en 2002, instaurant une plus grande coopération entre les compagnies d’assurance et les banques, désormais autorisées à commercialiser des produits d’assurance via leurs guichets. Selon une étude effectuée par le CGA, le modèle de joint-venture est absent en Tunisie et seulement les partenariats de distributeur (la banque vend les produits d’assurance en contre partie d’une commission) et de filiale (la banque vend des produits d’une filiale) sont mis en œuvre.

Par ailleurs, les banques sont intéressées par la vente de produits d’assurance relatifs à des branches non autorisées par la loi, à l’instar de l’accident corporel et le vol, et sont en revanche réticentes aux branches agricole et crédit.

Les tags