Anis Ben Abdallah : la LF 2019 est sans « âme »

Anis Ben Abdallah : la LF 2019 est sans « âme »

En revenant sur la loi de fiances (LF) 2019, Anis Ben Abdallah, expert comptable, a indiqué lors de son intervention hier au micro de Rim Saaidia à l’émission EcoMag, que pour cette année, la LF « est une loi sans âme, sans aucune orientation économique et malheureusement contient une continuité de la pression fiscale ».

En ce qui concerne l’imposition d’une contribution exceptionnelle de 1% sur le chiffre d’affaires des banques, assurances, entreprises pétrolières et de télécoms, au profit des caisses sociales, Ben Abdallah a souligné que toute imposition additionnelle doit être faite après une étude de ses répercussions sur l’économie et les entreprises économiques, que la réforme des caisse sociales est nécessaire et qu’aucun ne s’y oppose.

Pour Ben Abdallah, la première chose qu’il faut faire pour réformer les caisses sociales, c’est la réforme de la gouvernance des entreprises. « On ne résout pas le problème avec une pression fiscale, a-t-il dit.

« Si on veut avoir un climat d’affaires propre, préserver notre climat d’affaires et attirer l’investissement intérieur et celui étranger, il faut qu’on ait un environnement législatif qui soit constant », a également ajouté Ben Abdallah.

En ce qui concerne l’article relatif au secret professionnel, pour Ben Abdallah celui-ci constitue une atteinte claire aux professions libérales. « C’est un article non constitutionnel et il s’oppose à l’exercice même des professions libérales», a-t-il lancé.

Par ailleurs, l’expert comptable a estimé de 500 millions de dinars les recettes fiscales qui pourraient être recueillies de la part des 400 mille personnes qui sont actuellement en régime forfaitaire.

Les tags