Abdelbari Atouane : "Les frappes sont parties de bases dans des pays arabes"

Abdelbari Atouane : "Les frappes sont parties de bases dans des pays arabes"

 

Le rédacteur en chef du journal « Erraï » et analyste en stratégie politique et militaire, a estimé, dans une déclaration accordée ce matin du samedi 14 avril 2018 à Express Fm, que les « frappes militaires contre la Syrie constituent une agression tripartite claire dans le but de déstabiliser et la Syrie et la région tout en assurant que ces frappes n’ont pas atteint leurs objectifs et que le plus grand nombre des missiles tirés ont été détruits ».

 

Et d’ajouter « qu’on ne peut pas croire que les missiles ont visé des centres de fabrication d’armes chimiques car cela aurait engendré une pollution toxique considérable de l’air et aurait causé la mort de milliers de personnes ».

 

Abdelbari Atouane n’a pas écarté, suite à ces frappes, un retrait des forces américaines se trouvant sur les lieux en Syrie et dont le nombre est estimé à sept mille personnes dans la mesure où elles seraient les cibles d’éventuelles actions de l’armée syrienne et militaires russes. « Et la réplique russe à ces frappes sera forte », a-t-il précisé en substance.

 

Notre interlocuteur a indiqué, par ailleurs, que « les frappes militaires contre la Syrie sont parties de bases se trouvant sur des terres arabes dont notamment de Doha, capitale du Qatar, de Dhahran en Arabie Saoudite, de Jordanie et de Turquie, ce qui prouve, clairement que certains pays arabes ont été complices de cette agression contre la Syrie… ».

 

A rappeler que les Etats-Unis d’Amérique, la Grande Bretagne et la France ont lancé, à l’aube de ce samedi 14 avril 2018, ont lancé des frappes aériennes contre des cibles en Syrie.

Les tags