2ème nuit d’émeutes généralisées en Tunisie, l’Armée intervient !

2ème nuit d’émeutes généralisées en Tunisie, l’Armée intervient !

Les manifestations nocturnes ont pris, carrément des allures d’émeutes en cette nuit du 9 janvier 2018 un peu partout à travers le pays, et ce toujours au motif de la protestation contre la hausse des prix « due à la Loi des Finances 2018 ».

 

Les perturbations ont touché de très nombreuses zones et ont atteint même certains quartiers de la capitale dont notamment Bab Jedid, Bab Al Jazira, Cité Ezzouhour près du Bardo, les quartyiers d’Ibn Sina, Al Kabaria, Cité Ennour, près de Medgrine, Soliman, Nabeul, Kélibia, Nefza du gouvernorat de Béja, Kasserine, Le Kef, Gafsa, Kebili, etc…

 

Et malgré la présence, parfois massive, des forces de sécurité, les troubles et les casses se sont poursuivis avec plus de violences, ce qui entraîné l’intervention de l’Armée nationale dans certains endroits dont notamment Kelibia, Nefza et Soliman.

 

A noter qu’à l’instar de la nuit précédente, les manifestants se sont attaqués aux postes et aux voitures de la police, les sièges de municipalités et des délégations sans oublier certains magasins et autres grandes surfaces.

 

En effet, c’est le cas de certains quartiers à Yasminet au gouvernorat de Ben Arous où des assaillants se sont introduits dans un supermarché du quartier pour voler produits et marchandises.

 

Ces constats immortalisés par des photos et autres vidéos postées sur les réseaux sociaux, ont été confirmés par le syndicaliste sécuritaire, Imed Haj Khelifa lors d’une intervention téléphonique sur le plateau de Myriam Belkadhi.

 

Le cadre sécuritaire a lancé un appel aux parents à bien veiller sur leurs enfants dans le sens où une bonne partie des manifestants sont des adolescents.

 

Aux dernières nouvelles, nous apprenons de source digne de foi que les soldats de l’Armée ont fait leur apparition dans, les principales zones devenues hors de tout contrôle dans le gouvernorat de Kasserine., alors que les actes de saccage ont repris à la Cité Ettadhamen au gouvernorat de l’Ariana, à Ksar Gafsa, à Testour et Nefza où les « contestataires » s’en sont pris avec une violence rare aux postes de police et aux établissements de souveraineté.

 

La même source précise, encore, que plusieurs routes ont été coupées, dont celle de Makthar, celle reliant Béja au Kef et celle reliant Hammamet à Soliman.

 

Le comble a été enregistré entre Jedaïda et Tebourba dans le gouvernorat de La Manouba, où des « protestataires », ont empêché le passage des ambulances !

Les tags